La Dernière nuit du monde

Création le 7 juillet 2021 • Festival d’Avignon

Une création de Fabrice Murgia et Laurent Gaudé

LAURENT GAUDÉ
« La nuit a toujours été le royaume de la liberté et de la peur, un espace où les frontières s’estompent, où tout change d’aspect et de sens, dans l’ivresse ou dans l’effroi. La nuit questionne nos vies, interroge notre finitude. Déjà dans « L’épopée de Gilgamesh », le héros mésopotamien voulait tenter de s’affranchir du cycle du sommeil : tenir éveillé plus de six jours pour devenir immortel. Des siècles plus tard, sommes-nous sur le point de réussir là où il avait échoué ? Et si oui, que serons-nous dorénavant ? Une humanité à la fois éternelle et fatiguée ?
Peut-être la nuit nous contemplait-elle aujourd’hui avec pitié, nous qui ne savons plus dormir ? Peut-être est-il temps d’écouter sa voix et d’accepter qu’elle nous ravisse ? »
LAURENT GAUDÉ

FABRICE MURGIA
« Laurent et moi avons décidé d’écrire un conte. Nous voulions quelque chose d’accrocheur, qui jetterait les bases d’un monde qui est le nôtre ; une histoire au futur mais dans un futur proche, qui est demain mais où quelque chose a sensiblement changé la nature de l’humain.

Notre postulat de départ, c’est la mise sur le marché d’une pilule qui va nous permettre de dormir 45 minutes et d’être tout à fait reposés.
Qu’est-ce que ça va changer ? Qu’est-ce que ça va changer dans nos rapports aux autres, dans notre rapport à la consommation ?
Nous sommes dans un monde où les gens - qui disposent à présent de plus de temps - ne consomment pas à outrance mais prennent le temps de lire, d’écouter les autres, de s’instruire,… Ils parlent moins, ils écoutent plus.
Mais, tout cela cache quelque chose de liberticide et de fondamentalement contre-nature.

C’est épique, on est dans le roman, dans une histoire contée :
On raconte l’histoire de Gabor qui a joué un rôle déterminant dans le lancement de cette pilule. Il travaille dans la communication et a participé à l’élaboration de slogans pour convaincre la population de consommer/de profiter des bienfaits du médicament ; il a développé des arguments chocs pour convaincre les lobbies de participer au financement du remède miracle contre le sommeil.
Dans le même temps, on apprend que Gabor a perdu son épouse - Lou - elle a disparu.

Il mélange alors la grande histoire du monde qu’il a contribué à faire basculer, et son histoire intime : celle de la disparition de Lou et l’objectif entêtant qu’il a de la retrouver.

Au plateau, on est face à un dispositif qui combine un studio d’enregistrement et un écran-tableau.
L’univers radiophonique laisse place à un studio en verre dans lequel les sons et les environnements des lieux dont on parle seront créés ; un espace dans lequel les voix des personnes étrangères qui interviennent dans cette histoire en vidéo seront doublées.
L’univers pictural, quant à lui, agit comme un roman photo conté. Le petit écran distillera des portraits de gens, comme des images qui s’animent lentement, qui respirent. »

Les voix du monde :
Cela parait inimaginable et pourtant ce sera bientôt une réalité :
Dans très exactement vingt-quatre heures, nous plongerons dans l’ère de la nuit fractionnée…
The end of the night…
A new way of sleeping, working and living…
Est-ce que nous sommes bien en train de vivre cette révolution ?
Beaucoup d’entre nous se le demandent mais je peux vous dire qu’ici, les gouvernements s’y préparent…
Dapertutto, la gente si prepara a vivere anche di notte…
Emmener les enfants à l’école à deux heures du matin,
Faire ses courses en pleine nuit,
Tout cela, c’est le monde de demain.
Car l’enjeu est bien là : étaler l’activité du jour pour créer du travail.
C’est le pari qu’ont fait nos gouvernements.
54 pays ont signé le protocole de la nuit fragmentée et ce n’est pas probablement pas fini…
Etats-Unis, Europe, Russie, Japon, Chine, Brésil, Inde, Arabie saoudite,
L’immense majorité des grands pays de la planète va relever ce défi :
Peupler la nuit pour désengorger le jour.
Der Tag auch nachts.
Le compte à rebours est lancé.
Il ne reste plus que quelques jours…
… La ultima noche se acerca
Le monde retient son souffle.
Feux d’artifices, bars, carnavals, concerts géants…
Vu les préparatifs qui ont lieu dans chaque grande ville, tout laisse à penser que cette dernière nuit sera blanche !

• 01.07.2021 > 02.07.2021 BELGIQUE - Mons - Festival au Carré - Avant-première
• 07.07.2021 > 13.07.2021 (relâche le 11.07) France - Festival d’Avignon - Première
• 31.08.2021 > 01.09.2021 BELGIQUE - Liège - Théâtre de Liège
• 03.09.2021 > 04.09.2021 BELGIQUE - L’Ancre - Charleroi
• 14.09.2021 > 18.09.2021 BELGIQUE - Bruxelles - Théâtre National Wallonie-Bruxelles
• 12.10.2021 > 13.10.2021 BELGIQUE - Anvers - Toneelhuis
• 21.10.2021 > 24.10.2021 ESPAGNE - Madrid - Centro Dramatico Nacional de Madrid
• 01.03.2022 FRANCE - Draguignan - Théâtres en Dracénie
• 08.03.2022 BELGIQUE - Bruges - Cultuurcentrum Brugge
• 11.03.2022 > 12.03.2022 BELGIQUE - La Louvière - Central, La Louvière
• 16.03.2022 > 17.03.2022 FRANCE - Albi - Scène Nationale d’Albi
• 22.03.2021 FRANCE - Vitry-Sur-Seine - Théâtre Jean Vilar
• 24.03.2022 > 26.03.2022 BELGIQUE - Namur - Théâtre de Namur
• 10.05.2022 > 14.05.2022 BELGIQUE - Bruxelles - Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Texte : Laurent Gaudé ● Mise en scène et interprétation : Fabrice Murgia ● Interprétation : Nancy Nkusi  ou Nadine Baboy● Scénographie : Vincent Lemaire ● Assistanat à la mise en scène : Véronique Leroy ● Création vidéo : Giacinto Caponio ● Création lumière : Emily Brassier ● Régie son et environnement sonore : Brecht Beuselinck ● Régie son : Célia Naver ● Régie vidéo : Dimitri Petrovic ● Régie générale et plateau : Marc Defrise ● Interprètes en vidéo : Per Henrik Bals, Natacha Belova, Takakehto Charles, Vanessa Compagnucci, Mieke De Grote, Josse De Pauw, Maxime Graff, Fatou Hane, Teresita Iacobelli, Maryam Kamyab, Hadja Labhib, Dorcy Rugamba, Daphné Seale, Aigin Simma, Åsa Simma, Olya Tsoraeva, Jos Verbist ● Diffusion : Frans Brood Productions
« La dernière nuit du monde » de Laurent Gaudé est publié aux éditions Actes Sud Papiers

Une création de la Cie ARTARA ● En coproduction avec le Théâtre National Wallonie-Bruxelles, le Théâtre de Namur, MARS-Mons Arts de la Scène, le Théâtre de Liège, Central-La Louvière, Théâtres en Dracénie-Draguignan, Théâtre L’Aire Libre-Rennes, la Scène Nationale d’Albi, le CDN de Madrid, le Riksteatern
Avec le soutien de Shelterprod, taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge.

Présentation du projet:
Fabrice Murgia
Laurent Gaudé